Bienvenue

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

S'enregistrer
Mot de passe perdu ?

Sur Facebook

Partenariat

Aucun partenariat actuellement

Lecteur Radio techno

Lexique des differents genre musicaux electroniques :


Electroclash
L'Electroclash est un genre musical qui s'est développé principalement grâce à des artistes allemands et français, à la fin des années 90, début des années 2000, sur des labels underground, en particulier International Gigolo Records créé à Munich en 1996 par l'Allemand Dj Hell et le Marseillais David Carretta.

La paternité (et la propriété) du terme Electroclash revient à Larry Tee, organisateur/entrepreneur des festivals éponymes sur New York au début de la décennie, qui regroupaient des artistes comme Chicks on Speed, Fischerspooner, Adult, Peaches ou Ladytron.

C'est la presse internationale qui a fait de ce nom de manifestation un genre musical. Néanmoins, le peu de cohérence entre les différents artistes sensés appartenir à ce genre laisse penser que electroclash est plus une étiquette journalistique et un coup marketing, qu'une réelle subdivision de la musique électronique. Rien ne se perd , rien ne se creer. Pierre Henry ; grand compositeur electroacoustique du siecle dernier , choregraphie par Maurice Bejart, etait deja le pionnier de son expansion dans les annees 60. L'electroclash est en fait un terme purement commercial et d'ailleurs la techno a toujours eu son 'underground resistance'. Les groupes les plus connus d'electroclash (ici New Wave..) sont probablement Kraftwerk et New Order / Joy Division (et surement les plus aboutis) qui ont justement fait un retour il y a quelques annees a loccasion de ce phenomene de mode intemporel. Viennent ensuite se greffer les autres influences italo disco a la Giorgio Moroder definitivement orientes dancefloor.

L'electroclash est très schématiquement la rencontre des sonorités techno , pop, disco, la new wave, l'EBM, la New Beat issues des eighties. Il en ressort des productions majoritairement au format pop et disco-pop, martelée de techno-beat, destinées au dancefloor, mais avec des paroles moins hédonistes et une ambiance plus sombre par rapport à la house traditionnelle.

L'electroclash est toutefois principalement marquée par un esprit rock et punk, d'où l'association du mot Clash au mot electro, en référence au groupe punk : The Clash. Combinée avec des intrumentations et des arrangements electro créés avec des machines et des synthétiseurs, l'electroclash emprunte directement les ingrédients du rock, du punk-rock et du glam-rock : utilisation des guitares, des percussions et des synthés vintage, des voix énervées, vociférantes, ou glaciales, désabusées, une énergie (relativement) destructrice, des paroles et une attitude sombre et provocante, torturées, et un second degré évident.

En bref, l'electroclash est ce que l'auditeur trouvera de commun aux artistes et groupes suivants : Adult, Fischerspooner, Chicks On Speed, Miss Kittin & The Hacker, David Carretta, Crowdpleaser, Vitalic, terence Fixmer, Felix da Housecat, Tiga, Codec & Flexor, Swayzak, Black Strobe, Gater, Golden Boy, Goldfrapp, Martini Brös, Audio-mastick…

Il convient de préciser que la discographie de ces artistes n'est pas intégralement assimilable à l'électroclash.

En France, on peut citer des groupes comme Sexy Sushi et Exchpoptrue…

L'electroclash s'est développée dans un univers fortement underground, tout comme les débuts du punk, et les débuts de la techno. Mais son côté glamour et entraînant associé au retour du rock pourrait fort bien sortir les acteurs de l'ombre. Le canadien Tiga et le français Vitalic se mettent déjà à vendre plus de disques que le reste de l'electro. Et de nouveaux groupes apparaissent en créant l'événement tels que les Infadels.

L'electroclash, mot anglais, s'écrit souvent en français : "electro-clash", on parle également de disco-trash (ou discotrash), puisque cette electro emprunte largement au disco, et verse dans le trash.

Source : wikipedia.org